Doctor Who & la France

Doctor Who & la France

dw-dossier-dw-franceRETOUR • SUR LE FORUM

[toc]

La France dans les épisodes de Doctor Who


Comme vous le savez, le Docteur peut voyager dans l’espace et le temps de manière infinie avec ses compagnons. Il arrive qu’ils atterrissent sur Terre (assez fréquemment), à Londres tout particulièrement… mais pas seulement !

Le Docteur adore le français, comme beaucoup d’anglais : ne dit-il pas à tout bout de champ, lors de sa Dixième incarnation, « Allons-y » ?

En effet, le Docteur a visité la France à plusieurs reprises, dans des périodes très diverses. Et si nous suivions un peu ses pérégrinations françaises ?

The Reign of Terror

81ZDuoYOIJL._SL1500_Deux histoires se déroulent en France dans la période du Premier Docteur: The Reign of Terror et The Massacre of St Bartholomew’s Eve. Il s’agit pour tout les deux de périodes historiques peu reluisantes pour les français, mais néanmoins intéressantes.

L’action de The Reign of Terror se situe durant “La Terreur”, une période particulière qui a suivit la Révolution, approximativement en 1794 (la date n’est que supposée, calculée à partir du seul évènement réel clairement décrit dans l’épisode : l’arrestation de Robespierre).
Il s’agit d’un épisode typiquement historique tel qu’on en voit beaucoup dans la période du Premier Docteur : politique, complots, trahisons… sont au rendez-vous !

Nous suivons le Docteur, Susan, Ian et Barbara en plein cœur de cette période mouvementée. Les nobles sont poursuivis et guillotinés, et doivent se cacher pour éviter le déchaînement de haine envers eux.
D’un premier abord, l’épisode peut être compris comme assez négatif envers la France (et particulièrement la République naissante). Mais il faut aller au-delà cette première impression et analyser les différents points de vue présentés dans l’épisode :
– Celui des nobles opprimés, montrant évidemment un coté négatif de la Révolution.
– Celui de Barbara, professeur d’histoire ayant un recul suffisant sur les évènements pour affirmer que la Révolution a eu des retombées positives.

Un excellent épisode sur un sujet assez peu abordé dans les récits, lui préférant les évènements du tout début de la Révolution. Une apparition de Napoléon, à la toute fin de l’épisode, laisse présager l’avenir de la France.

The Massacre of St Batholomew’ Eve

612C4S2KGGLSecond épisode historique se passant en France durant l’ère du Premier Docteur, le sujet de celui-ci est tout aussi délicat: il retrace l’un des plus grands crimes commis au nom de la religion en Europe, le Massacre de la Saint Barthelemy.
Pour rappel, le 24 aout 1572, la reine de France, Catherine de Medicis, obtient de son fils Charles IX, après d’habiles complots, qu’il ordonne le massacre de tous les protestants de Paris (et par après de France). Quelques jours avant avait eu lieu le mariage d’un prince Protestant, le futur Roi Henry IV, avec la sœur de Charles IX, la future Reine Margot. De nombreux protestants avaient fait le déplacement pour assister au mariage diplomatique, ce qui facilita la chasse aux huguenots…

Le Premier Docteur et Steven se retrouve dans le camp des Protestants, et tentent vainement d’empêcher le massacre. Ils y croisent Anne Chaplet, l’ancêtre de Dodo, qu’ils rencontreront à la toute fin de l’histoire.
On ne voit aucune scène de massacre, la seule scène violente étant la tentative d’assassinat de Coligny. Le Docteur disparaît pendant une grande partie de l’histoire, et Hartnell y apparaît plus dans le rôle d’un ecclésiastique, sosie du Docteur, qu’en Docteur !

Malgré la présentation d’un épisode négatif, une nouvelle fois, de l’Histoire de France, la culture française n’est pour autant pas dénigrée, que du contraire. L’intrigue est extrêmement basée sur un enchevêtrement de complots compliqués, mais est très intéressante pour mieux comprendre cette journée si sombre de notre histoire.

City of Death

518Z7X1C2MLIl s’agit là de la seule histoire de la série à avoir été tournée en France. Écrite par le génial Douglas Adams, et mettant en scène le Quatrième Docteur et la Time Lady Romana, elle suit une promenade du Docteur et de sa compagne dans la capitale française.
Il s’agit plutôt ici d’une vision plus « culturelle » de la France. Outre cette petite visite dans la ville, les protagonistes passent par le Louvre – ou Romana remarque que la Joconde n’a pas de sourcils… un peu plus tard, le célèbre tableau est volé, et le Docteur mène l’enquête !
Il y découvrira, derrière une porte au motif de tête de méduse, les complots du comte Scarlioni…

Très apprécié par les fans français, cet épisode a une visite consacrée, à la recherche des lieux de tournages, organisés plusieurs fois par an par Gallifrance : le City of Death Tour.

The Girl in the Fireplace

fireplace-6Le Dixième Docteur rencontre un personnage bien connu, et très controversé de l’histoire de France : Jeanne-Antoinette Poisson, plus connue sous le nom de Madame de Pompadour. Un épisode où l’on apprend que l’amante la plus célèbre du roi Louis XV croisa le Docteur à différents moments de sa vie…
Le Docteur apparaît dans un salon de Versailles en passant par un miroir, chevauchant un cheval au galop, et par la suite dans le parc du château.

Vincent and the Doctor

vincent6Encore un détour culturel en France pour le Docteur… et quel détour !
Cet épisode, bien que tourné en Europe de l’Est, voit son histoire transportée dans la Provence du 19ème siècle, auprès de l’un des peintres fran… néérlandais le plus célèbre de sa génération : Vincent Van Gogh.
Son succès posthume est mis à l’honneur au musée d’Orsay (a noter que les plans externes du musée d’Orsay ont bien été filmés sur place par une autre équipe, mais aucun acteur ne s’y trouvait), à Paris, quand le Docteur et Amy y atterrissent. Le Docteur repère une anomalie sur l’une des toiles, et ils décident d’aller à la rencontre du peintre.
Amy est émue par la destinée tragique du génie, et ils lui offrent un superbe cadeau : connaître sa propre gloire, lui qui vécut dans la misère jusqu’au bout.
Les paysages sont magnifiques et les décors semblent tout droit sortis des tableaux de Vincent.

The power of three

Doctor-Who-The-Power-of-Three-9-Under-King-Henrys-bedAu tout début de l’épisode, le Onzième Docteur, Amy et Rory se retrouvent a patienter sous un lit, dans une chambre de l’hotel « Savoy », quelque part en France, pour éviter de se faire repérer par des Zygons.

Autres allusions dans les épisodes

Dans An Unearthly Child, Susan lit un livre sur la Révolution Française et assure que ce qui y est écrit est faux, puisqu’elle a vu ce qui s’est passé en réalité.
Dans Planet of the Giants, Arnold Farrow prévoit de passer ses vacances en France.
Dans The Romans, le TARDIS atterrit dans une villa en Gaule.
Dans The Crusade, il est fait référence au roi Philippe de France.
Dans The Time Meddler, Guillaume le Conquérant est évoqué.
Dans The Tenth Planet, l’un des personnages (Wigner, “International Space Command security-general”) est français.
Dans The Highlanders, le Deuxième Docteur suggère aux rebelles jacobites de se réfugier en France. En plus, les rebelles prévoient de capturer un bateau français, l’Albatros.
Dans Moonbase, Jules Benoit, membre de la base Graviton, est français.
Dans The Evil of the Daleks, on évoque la France comme alliée de l’Angleterre contre la Russie, en Crimée.
Dans The Mind Robber, Cyrano de Bergerac, D’Artagnan et un livre géant portant le titre de “Renard” (Roman de Renart?) apparaissent au pays de la fiction.
Dans The War Games, des troupes napoléoniennes sont kidnappées par les War Lord.
Dans Spearhead from Space, Paris est mentionnée.
Dans Doctor Who and the Silurians, les premieres victimes de la peste des Siluriens meurent en France.
Dans The Ambassadors of Death, Taltalian semble être Français (son accent changeant de scène en scène, difficile de juger).
Dans Inferno, le Docteur affirme qu’il a un jour fois rencontré l’arrière-grand père de la Reine à Paris.
Dans Day of the Dalek et Monster of Peladon, Napoléon Bonaparte est cité.
Dans Pyramids of Mars et The Robots of Death, le Docteur fait allusion à une rencontre avec Marie-Antoinette. Elle lui aurait offert un nécessaire à ouvrir les serrures.
Dans The Masque of Mandragora et The Talon of Weng-Chiang le Docteur parle de la bataille d’Azincourt.
Dans Horror of Fang Rock, le Yacht de Lord Palmerdale retourne à Deauville.
Dans Destiny of The Dalek, le Docteur accuse Davros de citer (avec des erreurs) Napoléon.
Dans The Visitation, un acrobate Français apprend à Richard Mace l’art du crochetage de serrure.
Dans Frontios, le Docteur compare son TARDIS à un poulet “Vol-au-vent” (en français dans le texte)
Dans The King’s Demons, Philippe de France est cité à nouveau, et le Maître reçoit des cours d’un bretteur hors-pair, Sir Gilles Estram.
Dans The Two Doctors, le Deuxième Docteur mentionne un chef français très connus, Escoffier.
Dans Trial of a Time Lord, le Docteur raconte la légende des deux cités.
Dans Time and The Rani, la Rani kidnappe Louis Pasteur.
Dans Remembrance of the Dalek, un discours de Charles de Gaulle est intégré dans la scène d’intro, et Ace retrouve le livre de Susan sur la révolution française.
Dans le film de 1996, le Huitième Docteur affirme qu’il connaît Marie Curie.
Dans Army of Ghost, une armée de Cybermen apparaît à Paris.

Dans les audios

Dans The Church and the Crown, le Cinquième Docteur, Peri et Erimen visite la France en 1626.
Dans deux audios, Resistance (Deuxième Docteur) et The Scapegoat (Huitième Docteur), le Docteur visite la France durant l’occupation Allemande, dans les années 40.
Dans Frozen Time, le Septième Docteur rencontre une scientifique Francaise en Antarctique, Geneviève, qu’il prendra comme compagne à la fin de cette aventure.

Dans les romans

Dans Sanctuary, le Septième Docteur et Bernice Summerfield visitent la France en 1242.
Dans The Man in the Velvet Mask, le Premier Docteur et Dodo visitent la France en 1804.
Dans The Set Piece, le Septième Docteur, Ace et Bernice Summerfield visitent la France en 1871. Ace restera en France après avoir quitté le Docteur.
Dans The Death of Art, le Septième Docteur, Chris Cwej et Roz Forrester visitent la France dans les années 1880.
Dans History 101, le Huitième Docteur, Fitz Kreiner et Anji Kapoor visitent la France en 1937.
Dans The Man in the Velvet Mask, le Premier Docteur et Dodo visitent la France en 1804.
Dans The Indestructible Man, on apprend que la France est tombé dans une guerre civile après le conflit de Myloki de 2066-2068.
Dans The Turing Test, le Huitième Docteur séjourne à Paris en 1945 avec Alan Turing et Graham Greene. Le Huitième Docteur parle parfaitement le français.

Doctor Who en France


Diffusions

La France fit partie de la troisième vague de diffusion de la série à l’international, amorcée au début des années 80, et le 63ème pays à voir le Docteur apparaître sur les écrans.

Série Classique

La BBC attendit plusieurs années avant de proposer la série à la France; ils essayèrent néanmoins dès 1977, pour la France et d’autres pays européens. Cela se soldat par un échec, et la presse en conclura que la série est “Trop terrifiante pour l’Europe”.

dwletterEn 1979, le producteur Graham Williams tente de persuader l’écrivain Jean-Marc Lofficier de l’intérêt de la série.
Intrigué, celui-ci s’intéresse à la série et écrit le “Doctor Who programme guide” en anglais, dont le projet datait d’un long article qu’il avait écrit sur la série, parus deux numéros de l’Ecran Fantastique. Il sera publié en 1981.

En 1986, Alain Carrazé, alors producteur du programme “Temps X” présenté par les Frères Bogdanov, tente d’intéresser la chaîne à l’achat de la série. Il les convainc de diffuser un reportage dédié à la série, ou l’on voit un tournage d’un épisode du Sixième Docteur, Mindwarp (Trial of a Time Lord), entre autre. Il s’agit d’une version courte de 16 minutes du documentaire Who is Who.

Fin de cette année-là, le Doctor Who Bulletin (n°41-42) annonce la diffusion d’une partie de la période Tom Baker. Les négociations vont bon train, mais les épisodes The Sontaran Experiment, The Android Invasion, The Masque of Mandragora and Horror of Fang Rock sont rejeté car considéré comme trop “ennuyant”! (il y a des doutes sur la validité de cette théorie, il semblerait que cela soit plus une histoire de packaging, Carrazé ayant choisi les épisodes dans les deux premières saisons de Tom Baker)
En 1987, malgrès les effort de la production de Temps X, les épisodes ne sont pas diffusés. Néanmoins le marketing avait déjà été lancé, et 8 livres avaient été édités en Français aux éditions Garancières (voir le chapitre sur les produits dérivés).

C’est finalement en 1989 que seront diffusé quelques rares épisodes de la série classique en France. Alain Carrazé en profitât pour écrire un article dans le magazine anglais “Time Screen” pour expliquer les aléas de la diffusion de Doctor Who.

6 histoires furent finalement doublés, et 5 seulement seront finalement diffusés, non pas dans Temps X – qui s’arrêta entre temps, mais très tôt le dimanche matin, d’abord 9h00 dans le Club Dorothée (et dans un ordre aléatoire).

Cette diffusion commença donc le 19 février 1989 à 9h, avec La Genèse des Daleks. La diffusion fut interrompue après quelques dimanches, et réapparu le samedi 8 avril vers 6h35. A partir du 23 avril, deux épisodes furent diffusés en suivant, à la même heure. Le dernier épisode fut finalement diffusé le 24 juin, alors que 5 histoires (20 épisodes) seulement avaient eu l’occasion de passer à la télévision.

La Genèse des Daleks eu droit à une rediffusion à l’occasion de la “Nuit Doctor Who” en mai 2012.

Sur TF1, l’épisode aura été diffusé au format de couleur PAL. TF1 s’occupa d’enregistrer et de doubler l’entièreté des épisodes en français. La voix française du Quatrième Docteur était assurée par Jacques Ferrière, et Harry Sullivan (Ian Marter) par Maurice Sarfati.
Le compositeur Dudley Simpson ré-enregistra la musique des serials, car les bandes son vierges n’avaient pas été gardées. Selon Simpson lui-même, dans le Doctor Who Bulletin (ancien nom du magazine de SF britannique “Dreamwatch”) n°57 (Aout 1988), la BBC lui aurait demandé de recréer chaque musique, car ils ne pouvaient séparer les voix des musiques sur la bande originale, et qu’il fallait la redoubler en français.
Cela explique pourquoi la musique de la version française, pour ces épisodes, diffère légèrement de l’originale.

Particularité française encore: dans chaque générique, lorsque le logo “Doctor Who” apparaissait à l’écran, une voix off annonçait: « Docteur Who-who-who-who » avec un écho. Ensuite, la même voix annonçait le titre de l’épisode et le numéro de la partie. Il s’agissait de la voix de Maurice Sarfati pour l’histoire “La Genèse des Daleks”, mais la voix est différente selon les histoires.

Après leur diffusion chaotique, les doublages français ont été envoyés à TV Ontario, au Canada, qui proposait chaque dimanche des programmes en langue française dans les années 90.

En Mai 2012, pour la Nuit Doctor Who sur France 4, « la Genèse des Daleks » est donc rediffusée, ainsi que “City of Death” et “The Edge of Destruction” en vostfr (avec d’ailleurs quelques fautes assez frappantes, comme le prénom de Romana changé systématiquement en Ramona).

Les fans recherchent désespérément les versions françaises de ces épisodes de Tom Baker; ainsi, “Robot” a été retrouvé par deux membres de Gallifrance, Jon (le fondateur du site) et Marie (qui vous offre ce dossier), et ce grâce à la générosité d’un chercheur d’épisodes perdu Anglais qui possédait cet épisode pour la particularité musicale décrite plus haut.

Le film “Doctor Who – The Movie” fut lui aussi distribué en France à la télévision, mais sur le service public. France 2 le diffusa le 18 mars 1997 à 23h00. Le titre français était “Le Seigneur du Temps
Voici les principaux doubleurs:

Sylvester McCoy Pierre Hatet
Paul McGann Pierre-François Pistorio
Daphne Ashbrook Céline Monsarrat
Eric Roberts Patrick Floersheim

Le studio de doublage était Karina Films, sous la direction artistique de Claudio Ventura. La traduction et adaptation fut réalisée par Jacqueline Cohen.

Les films de Peter Cushing furent diffusés au cinéma sous les noms de “Dr Who contre les Daleks” et “Les Daleks envahissent la terre”. Le deuxième fut diffusé à la télévision, sur RTL, le 18 mai 1990 à 23h00. Il fut aussi diffusé à plusieurs reprise sur Canal +, le 3 mai 2000 (8h30), le 20 mai 2000 (7h15) et le 22 mai à 1h55 du matin.

Nouvelle série

La nouvelle série est diffusée depuis le 5 novembre 2005 sur France 4, soit 6 mois après la diffusions anglaise. Les deux premiers épisodes furent diffusés le même jours.
Le temps de diffusion entre l’Angleterre et la France a toujours oscillé entre quelques semaines (pour la saison 7) et plus d’un an. A noter que l’épisode des 50 ans eu droit à un simulcast, le 23 novembre 2013.

France 4 a pris le pas de faire des “soirées Doctor Who” lors d’une première diffusion d’un épisode, souvent avec deux ou trois nouveaux épisodes par la suite. Les rediffusions par contre sont souvent plus que chaotique, dans un certain désordre et les mêmes épisodes (une dizaine) reviennent souvent.
A noter que sur les DVD France 4, il manque le premier épisode de Noël, acheté par la chaîne pour la diffusion télé, mais sans les droits d’une diffusion sur les DVD.

Dérivés

Romans

– Editions Garancière

livres-garanciere-1-doctor-who-entre-en-scene-coverEn 1987, en prévision de la diffusion de la série dans “Temps X”, huit novélisation de chez Target furent traduites en français et éditées aux éditions Garancières.
Sur la couverture, on pouvait voir d’abord les deux visages des frères Bogdanoff entourant la mention “Igor et Grichka Bogdanoff présentent”, suivit de “Docteur Who” dans un logo inédit, et finalement le titre de la novélisation.
Sur la quatrième de couverture était présenté les frères Bogdanoff en pieds, entourant le texte-accroche commun à tous les romans, et le résumé du roman.

Le texte-accroche:
“Un milliard d’admirateurs à travers le monde! Seigneur du Temps, héros de l’Eternité, le Docteur Who connaît aujourd’hui une fantastique popularité. Le succès inégalé de la série télévisée qui lui a donné naissance, la fascination qu’il exerce sur un immense public à travers plus de cent pays contribuent à faire de ce personnage un véritable mythe pour la première fois révélé en France.”

livres-garanciere-7-abominable-homme-des-neiges-coverA noter que “Docteur Who” comme nom de personnage était moins choquant à l’époque, puisque le Docteur est resté longtemps crédité dans le générique de fin en tant que “Dr. Who”. Néanmoins cette accroche plein d’emphase exagère légèrement sur la popularité de la série, notamment au niveau du nombre de pays.

Une particularité propre aux éditions française, qu’il me semble intéressant de souligner: comme vous pourrez le voir dans la liste plus bas, ont été traduite des histoires du Premier, Deuxième et Quatrième Docteur. Sur la couverture, le Docteur porte a chaque fois une écharpe qui semble évoquer celle du quatrième. Pour les représentations du Premier, a part la présence de l’écharpe, elles sont plus ou moins fidèles, quant au Deuxième Docteur, il est tout bonnement remplacé par le Quatrième sur la couverture de “L’abominable homme des neige”.

Voici la liste des publications, leur titre français ainsi que le nom original:

– Editions Milady

Les éditions Milady on publié, à partir de janvier 2012, dix romans du Onzième Docteur, un seul du Neuvième, et en dernier la novelisation de “SHADA” (Quatrième Docteur), « La moisson du temps » (Troisième Docteur) et la Roue de glace (Deuxième Docteur), tous publié en Angleterre chez “BBC Books”. Le roman “Harvest of Time” (Troisième Docteur) est prévu pour février.

Pour plus d’information, je vous conseille de lire le dossier dédié spécialement aux éditions Milady:

bibliotheque-livres-milady

Comics

Depuis 2012, une petite boite de Comics, les éditions French Eyes, éditent les comics Doctor Who en français. Si on peut s’attrister du peu de qualité de traduction pour les premiers tomes (dont le néanmoins excellent “Les Oubliés”), cela va en s’améliorant.

Voici les titres édités jusqu’à maintenant:

  • Doctor Who : Agent Provocateur
    par Gary Russell (scénario) et Nick Roche, Jose Maria Beroy, Stefano Martino, Mirco Pierfederici (dessins).
  • Doctor Who : Les Oubliés
    par Tony Lee (scénario), Pia Guerra, Stefano Martino, Kelly Yates (dessins)
  • Doctor Who : À Travers l’Espace et le Temps
    par Leah Moore, John Reppion, Tony Lee, John Ostrander, Richard Starkings, Gary Russell, Rich Johnston, Charlie Kirchoff (scénario) et Ben Templesmith, Paul Grist, Kelly Yates, Adrian Salmon, Eric J, Tom Mandrake (dessins)
  • Doctor Who : Fugitifs
    par Tony Lee (scénario), Al Davidson et Matthiew Dow Smith (dessins)
  • Doctor Who : Tesseract
    par Tony Lee (scénario), Al Davidson et Blair Donald Shedd (dessins)
  • Doctor Who : Sacrifice Final
    par Tony Lee (scénario), Matthew Dow Smith, Kelly Yates et Al Davidson (dessins)
  • Doctor Who : L’Eventreur
    par Tony Lee (scénario), Andrew Currie, Richard Piers, Rayner, Horacio Domingues et Tim Hamilton (dessins)
  • Doctor Who : à la croisée des mondes
    par Tony Lee (scénario) et Mark Buckingham, Matthew Dow Smith (dessins)
  • Doctor Who : Venu de l’espace
    par Tony Lee, Matthew Dow Smith, Jodhua Hale Fialkov , Dan McDaid (scénario) et Josh Adams, Matthew Dow Smith, Paul Grist, Bair Shedd, Mitch Gerads, Dan Mc Daid (dessins)
  • Doctor Who : Le temps qui passe
    par Joshua Hale Fialkov (scénario) et Matthew Dow Smith (dessins)

Comments are closed.