19 Oct 2015

Posted by in Critiques, TV

[SPOILERS] Critique de Before the Flood

critique-saison9-episode4

Quatrième semaine de Doctor Who et la saison semble être prometteuse : aucun canard boiteux malgré des épisodes aux rythmes discutables. L’épisode de cette semaine n’y échappe pas, penchons nous sur Before The Flood de Toby Whithouse.

Cette fois, nous commencerons par les points noirs de l’épisode. Il y en a peu mais ils restent embarrassants.

Le Fisher King :before-the-flood-promo-pics-14

Si Toby Whithouse avait réussi à reprendre le thème du Minotaure avec brio dans son précédent épisode, The God Complex/Onzième Docteur, ici, on ne voit pas vraiment le lien avec le Roi Pêcheur, figure biblique lié à la quête du Graal. Si donner un nom puissant à un ennemi est appréciable, il faut par contre voir le rapport entre le nom et ses actions. De plus, ce dernier ne semble pas vraiment avoir de présence, aucune de ses actions à l’écran n’étant vraiment marquante. Son apparence est par contre soignée et provoque la crainte. Malheureux de le voir si peu…

Le remplissage : deux épisodes me semblent de trop encore une fois, j’avais reproché à l’épisode précédent d’être creux, je peux reprocher la même chose à celui-ci. On sent que pour atteindre les 45 minutes, certaines choses ont été délayées. On aboutit, dans les scènes liées à la base, à des allers-retours caractéristiques de l’ancienne série afin de tenir 6 épisodes.

Des détails:

  • before-the-flood-promo-pics-13Comment Bennett peut-il rester aussi calme face à la mort de O’Donell et surtout, comment ne peut-il pas en vouloir au Docteur ?
  • Pourquoi le Fisher King ne met-il pas plusieurs symboles au cas où quelqu’un ferait disparaître le seul qu’il a laissé ?
  • Pourquoi ne se remettent-ils pas en mode jour pour faire disparaître les fantômes jusqu’au moment où le Docteur sauvera la situation ?
  • Pourquoi le fantôme de O’Donnell apparaît-il dans le futur qu’au moment où on la voit mourir dans le passé ? Si c’est un point fixe, elle aurait dû apparaître dès le départ, non ?
  • Pourquoi répéter deux fois la même chose en deux épisodes ? Je sais que sur une semaine, on oublie des choses mais quand même…
  • Pourquoi tout le monde se doit-il d’être amoureux et en couple sans même le savoir ? Je sais que c’est un cliché classique mais bon. Je vais l’attribuer à la promiscuité de la base.
  • Pourquoi les extraterrestres (ici, un Tivolien) peut avoir les mêmes codes vestimentaires que nous humains ?
  • La mort de O’Donnell : on ne peut pas faire plus cliché, essoufflée après avoir couru trente mètres, voyant le monstre arriver, ne rien faire pour se défendre pour au final mourir sans avoir rien fait.

Le paradoxe de l’écrivain :12 doc guitare

Déjà, il est très présent dans Doctor Who : on le retrouve comme moteur de l’intrigue dans Blink/Dixième Docteur, The Big-Bang/Onzième Docteur, etc. Il existe d’autres paradoxes qui seraient intéressants à traiter. De plus, maintenant, la première scène nous spoile toute l’intrigue de l’épisode avec l’explication du Docteur sur ce paradoxe. De plus, si le quatrième mur est intéressant à briser, ici, cela semble un peu forcé (je sais que Doctor Who était au départ éducatif mais quand même.). Enfin, le fait que Beethoven n’ai jamais existé me chagrine un peu, je sais bien que cela est du troll mais cela peut être lassant. Mais rendons son mérite à cette scène bien filmée et bien écrite (d’ailleurs, le buste de Beethoven ne vous rappelle-t-il pas la figure altière du Huitième Docteur ?) et surtout, sa transition vers ce générique à la guitare par Peter Capaldi lui-même. Merveilleux !

Maintenant que les points négatifs ont été traités, je vais essayer de vous montrer quels sont mes scènes préférées de l’épisode.

before-the-flood-promo-pics-22

La scène de rencontre avec le Tivolien :

Cette scène m’amuse beaucoup trop ! Entre la carte nous rappelant que trop bien l’arrivée d’une suite à une saga cet hiver, le fait d’avoir un peule dont le plaisir est d’être maltraité et me rappelle la vague d’engouement pour un célèbre livre de prétendu BDSM (vous ne me croyez pas : quand le Tivolien s’approche du Docteur afin de provoquer une guerre de surenchère avec un vaisseau plein d’instruments de soumission, sa main descend dans le dos du Docteur hors du cadre pour finir par entendre deux sons étouffés d’une partie charnue de notre anatomie. Bref, comment faire des blagues adultes sans que les enfants comprennent… )

La scène de discussion entre Clara et le Docteur après la discussion avec le fantôme du Docteur :

Sans titreOn voit dans cette scène l’attachement entre nos deux protagonistes l’un pour l’autre. Et surtout, que Clara ne s’est pas du tout remise de la mort de Danny, qu’elle refuse le deuil : je pense que si elle apparaît semblable à ce qu’elle est dans le début de la saison 9, c’est qu’elle est dans le déni et qu’elle est toujours bouleversée. Surtout le fait que le Docteur qui appréhende sa propre mort est beaucoup mieux ressenti avec un acteur âgé comme Capaldi qu’avec Smith par exemple. Et enfin, quel bon jeu d’acteur.

La scène de discussion entre le Docteur et Bennett après la mort de O’Donnell :

Sans titreOn sent encore le Docteur qui fait ce qu’il faut pour arriver à ses fins. Il agit en égoïste, laissant une personne mourir pour voir s’il peut sauver Clara et sans doute lui-même. Son calme froid est glaçant face à la colère de Bennett (qui ne lui met pas son poing dans la face mais qui devrait pourtant le faire face à une situation pareille). Plus de Docteur qui ment, juste un Docteur qui cache son jeu et joue avec les gens.

La scène de confrontation entre Cass et le fantôme de Moran :

Sans titrePas de musique (tant mieux, je ne l’aime pas) ni de son tant que l’on est sur, Cass, juste le grincement de la hache contre le sol quand on est sur Moran. La scène a une tension parfaite, peut-être réduite par le montage rappelant les pouvoirs d’un célèbre super-héros aveugle. On sent la peur renforcée par la base sous-marine (son étroitesse et son absence de lumière)

Les confrontations du Fisher King et du Docteur :

before-the-flood-promo-pics-2Face au méchant de la semaine , son look méphistophélique et sa confiance en lui, nous avons le Docteur, commençant platement dans une position de faiblesse pour finir par tenir la discussion et faire fuir le Fisher King pour l’emmener dans son piège en le noyant tout en lui piquant son caisson Pourtant, ce dernier lui tient tête avec consistance, entre sa connaissance des Seigneurs du Temps et ses moqueries sur le peuple. Je trouve que pour le Fisher King, tomber sur un peuple aussi facile à contrôler que les Tivoliens, c’est sans doute trop facile vu sa prestance.

L’explication de comment les fantômes vont disparaître :

N’en avez jamais eu marre du Docteur qui sauve la situation, se barre et laisse les autres ranger sans savoir si tout va se passer bien ? Ici, on voit que le Docteur sait ce qu’il fait quand il s’en va avec l’explication de U.N.I.T., l’envoi dans l’espace et la dissipation par manque d’énergie. Cela manquait, ça a tout à fait sa place.

Voilà. Un double épisode de fini. Je l’ai apprécié mais sans atteindre des sommets de fanboyisme. Je mets quatre étoiles sur cinq pour l’épisode seul et pour le double épisode malgré un premier épisode en deçà du reste.

 index.phpNote : 4/5

Samedi qui vient, Maisie Williams. N’ayant jamais regardé Games of Throne, je vais voir si cette actrice est aussi douée que l’on me le dit. A la semaine prochaine !

*La note finale de l’épisode est purement subjective et ne doit donc pas être prise comme une affirmation, mais plus comme une appréciation générale par l’auteur de la critique.

%d blogueurs aiment cette page :