29 Avr 2016

Posted by in Critiques, Livres

[Rétrospective] Les Virgin Missing Adventures – Première Partie

12081461_10208014869319730_1689397731_n[1]

Retournons dans le passé : la série est arrêtée depuis 1989, le Doctor Who Magazine continue a être publié mais aucune nouveauté ne sort. Quand Virgin Publishing rachète la compagnie publiant les novélisations Doctor Who (Target) et décide de publier des romans originaux sur notre série préférée en 1991 (chose qui ne s’était jamais faite à part quelques rares romans), le succès est au rendez-vous : il s’agit des Virgin New Adventures (voir notre guide et notre dossier) reprenant les aventures du Septième Docteur avec sa compagne Ace là où la série s’était arrêtée, mais avec une trame plus sombre et une envie d’étendre la mythologie déjà existante. Des auteurs comme Russell T. Davies, Mark Gatiss ou Gareth Roberts contribueront à cette série. Nous en parlerons bientôt (dès que votre aimable serviteur se sera lu les 61 romans constituants cette série… Donc pas bientôt en fait).

À la suite du succès des Virgin New Adventures, Virgin Publishing décide de créer une nouvelle gamme avec les anciens Docteurs : les Virgin Missing Adventures. Et c’est de cela que nous allons parler aujourd’hui. Loin de moi l’idée de me porter en juge absolu : je vais me permettre de faire des critiques rapides sur les différents romans, à raison de 3 à 5 par partie. Il y a du très bon comme du passable mais la qualité est au rendez-vous la plupart du temps, et une continuité ténue existe entre les différents romans ; il est donc préférable, mais pas nécessaire, de les lire dans l’ordre de publication ; et aussi de bien connaître la série classique, car certains romans se présentent comme une préquelle ou une suite de certaines histoires. Avec son lot d’ennemis cultes évidemment. Les romans ne sont pas les plus courants mais ils sont trouvables sur des sites internet en occasion. Je vous indiquerai à chaque fois le Docteur concerné et ses compagnons ainsi que sa place dans la chronologie, le résumé officiel, un indice de rareté du livre et des présences de rééditions accompagnées de leur date de sortie et enfin, une critique personnelle (l’avis n’engageant que moi mais si cela vous donne envie de lire le roman, je ne suis pas responsable.)

Remarque préalable, ces livres sont en anglais et n’ont jamais été publiés en France (ni dans aucun autre pays, ce me semble).

Commençons sans plus tarder par :

The Sorcerer’s Apprentice

http://vignette1.wikia.nocookie.net/tardis/images/d/df/Ma-12.jpg/revision/latest?cb=20061224124458

Par

Christopher Bullis

Avec

le Premier Docteur, Susan, Barbara et Ian

Entre :

Marco Polo et The Keys of Marinus

Résumé :

« Il n’existe pas de choses telles que la magie », dit le Docteur.

Mais le pays d’Elbyon pourrait peut-être lui prouver qu’il a tort. C’est un endroit habité par des créatures de fantasy, où les mythes et légendes sont la réalité. Elfes et nains vivent en harmonie avec l’Humanité, les magiciens manient les arcanes du pouvoir et les chevaliers en armure luttent contre des dragons monstrueux.

Pourtant, il semble qu’Elbyon ai des secrets à cacher. L’équipage du TARDIS trouve une relique du trentième siècle cachée dans les bois. Quelles sinistres manipulations menacent la stabilité de ce pays tranquille ? Et quel rôle la planète joue-t-elle dans un conflit qui pourrait sauver un Empire, ou encore le destin d’une galaxie?

Pour résoudre ces mystères et sauver ses compagons, le Docteur se doit d’apprendre la sorcellerie dont pourtant il doute de l’existence.

Rareté et date de sortie :

Plutôt courant (juillet 1995). Non réédité.

Critique :

Le Docteur au pays du Seigneur des Anneaux. C’est ce qu’on peut attendre de cette histoire à quelques nuances près. Le Premier Docteur, le plus proche d’un magicien se retrouve sur une planète peuplée de dragons et autres fantaisies, avec un TARDIS refusant de s’ouvrir, une petite-fille enlevée avec la princesse par l’ancien apprenti du Mage du Royaume et dans un voyage pour retrouver un objet magique pouvant sauver la situation, tandis que l’Empire Terrien tente de conquérir la planète. On voit le Docteur et ses compagnons confrontés à des problèmes tirés de contes de fées et de romans de Fantasy. C’est sympathique mais l’auteur ne va pas au bout de son délire : il y a une explication à la fin (que je ne dévoilerai pas) et les personnages non-humains ne sont pas très développés. Et l’histoire finit par une lutte qui serait très cinématographique mais s’avère peu lisible. On ne boude cependant pas son plaisir d’avoir nos héros dans un contexte pareil, avec le Mage de la cour, la Reine, la Princesse, etc.

Bien pour commencer, surtout si vous aimez la Fantasy (mention spéciale à la sorcière de contes de fées séduite par le charme de notre bon Docteur !).

Continuons avec :

The Dark Path

http://vignette3.wikia.nocookie.net/tardis/images/d/d5/Ma-32.jpg/revision/latest?cb=20061224125827

Par

David A. McIntee

Avec

le Deuxième Docteur, Jamie et Victoria

Entre

The Web of Fear et Fury from the Deep

Résumé :

« Il est un de mon propre peuple, Victoria, et il est à ma poursuite »

Darkhearty : une étoile à neutrons éteinte entourée par des planètes mortes. Mais il y a de la vie sur un de ces cailloux glacés – la dernière enclave de l’Empire Terrien, bloqué dans une impression d’un autre temps. Alors que le reste de la galaxie profite des fruits de la toute jeune Fédération, ces Impériaux isolés, bornés à obéir à un idéal oublié, cultivent une obsession sinistre.

Le Docteur, Jamie et Victoria arrivent pour découvrir que la Fédération est enfin venue pour réintégrer cette colonie perdue, qu’elle le veuille ou non. Les féroces Veltrochni – furieux de par le meurtre d’un de leurs parents – ont un tout autre programme. Et quelqu’un d’autre est en train de tirer les ficelles de la mission pour son propre et mystérieux profit – un autre voyageur temporel, un maître de son propre art, suave et plein d’assurance.

Le Docteur doit découvrir le terrible secret qui a amené l’Empire dans ce secteur désolé et la source de l’étrange pouvoir maintenant sa société. Mais est-ce qu’un Seigneur du Temps, face à l’ultime tentation, peut contrôler ses propres désirs ?

Rareté et date de sortie :

Rare (Mars 1997). Non réédité.

Critique :

Déjà, le résumé réussit à détruire un des principaux exploits de ce livre: parler des Seigneurs du Temps sans les nommer car à l’époque du Deuxième Docteur, leur nom n’était pas connu (sauf dans le tout dernier épisode de ce Docteur, The War Games, qui a beaucoup enrichi la mythologie de la série), ce qu’avait donc fait l’auteur tout le long de son livre pour le placer dans l’ambiance de l’ère Troughton, mais que le résumé ne fait pas…

Mais sinon, ce roman (qui a été mon premier en anglais) est une merveille. Il explique la chute de la némésis du Docteur avec brio, tombant d’un personnage ambigu au monstre que l’on connait. Tout le roman traite de cela, avec un Empire Terrien normalement disparu n’ayant pas vieilli depuis leur installation, une Fédération avec tous les peuplades de la galaxie qui deviennent toutes humaines à l’approche de cette étoile et qui essaient d’intégrer ce bout de terre, le Docteur au milieu de tout cela et surtout, un vieil ami, avec sa propre compagne, qui essaie lui aussi de comprendre ce qu’il se trame dans cette partie de la galaxie. On aboutit à un mélange explosif avec un pouvoir ancien et si puissant qu’il peut réécrire et modifier le temps au milieu de tout cela.

Ce roman est génial, je ne peux que le conseiller. Le scénario est peut-être classique pour les romans mais avec le passage du meilleur ami à son pire ennemi du Docteur, cela devient un monument !

Enfin, nous avons :

 The Eyes of the Giant

http://vignette4.wikia.nocookie.net/tardis/images/4/4f/Ma-21.jpg/revision/latest?cb=20061224125416Par

Christopher Bulis

Avec

le Troisième Docteur, Liz Shaw, Mike Yates et UNIT

Entre :

Inferno et Terror of the Autons

Résumé :

« J’aurais dû le savoir », dit laconiquement le Brigadier, « le Docteur et Mademoiselle Shaw ont réussi à se perdre sur une île qui n’existe pas. »

1934 : Salutua, un île légendaire perdue dans le Pacifique. L’expédition du millionnaire Marshal J. Grover arrive pour découvrir et exploiter ses secrets. Mais la tâche est compliquée par les peurs de la tête d’affiche du film et les ambitions létales d’un scientifique.

Presque quarante années plus tard, le quartier général de UNIT, Londres. Le Docteur et Liz Shaw doivent identifier un mystérieux objet et déterminer ses origines. La piste les mène dans le passé et à Salutua avec une gigantesque découverte. Pendant ce temps, le Brigadier est confronté à une recrudescence de signalements d’OVNIs et d’incidents surnaturels qui menacent d’aboutir à une panique globale. Seul le Docteur peut l’aider – mais il est coincé sur une île mythique quatre décennies dans le passé.

Rareté et date de sortie :

Courant (avril 1996)

Critique :

Quand le TARDIS  ne fonctionne pas, le Docteur fabrique des machines pouvant conduire dans le passé d’un objet. A partir de là, le Docteur se retrouve face à une île où tous les animaux sont gigantesques et où des extraterrestres sont signalés. Et il se retrouve coincé bêtement à cause d’une bobine qui a cramé.

Le roman est assez parodique avec une équipe de cinéma confrontée à des animaux géants dans les années 30 (King-Kong, non, connaît pas !). On a derrière tout ça le vol de matériels mutagènes entre différentes races extra-terrestres. Les personnages sont tous bien caractérisés et on se souvient d’eux ; on a l’introduction de Mike Yates via ce roman et ce dernier essaie de faire quelque chose de ce personnage ainsi que de Liz, trop courte compagne scientifique du Docteur. Mais évidemment, avec ces voyages temporels à travers un portail, on aboutit à des paradoxes temporels assez bien pensés. Cela reste au final bien pensé et agréable. Mais la fin devient un bazar avec un climax sorti de nulle part…

Ce roman est donc sympa à lire, on a de l’action, de bons personnages. L’aspect parodique est maitrisé, on voit le Brigadier traiter des problèmes sans le Docteur pour l’aider. Ce n’est pas le meilleur roman mais si vous aimez le cinéma avec ou sans gros monstres, tentez votre chance.

Hé bien, cette première partie de la rétrospective est finie. La prochaine fois, FourFive et Six ! J’espère que vous allez avoir envie de lire ces romans, ils valent le coup et ne sont pas trop compliqués à comprendre. En attendant, à une prochaine fois et survivez au hiatus !

%d blogueurs aiment cette page :