9 Nov 2015

Posted by in Critiques, TV

[Critique] Critique de The Woman Who Lived

critique-saison9-episode6Bonjour, je suis en retard de quelques semaines mais je tiens à vous présenter une petite critique de The Woman Who Lived, le sixième épisode de la saison 9 de Doctor Who ! Je tiens à le préciser, je n’ai pas aimé l’épisode. Je ne suis pas non plus à le détester mais en moi, je garderai le souvenir d’un épisode qui ne servait à rien. Mais passons au vif du sujet :

Cliché et caricature :

maxresdefault[1]Ah, d’habitude, quand Doctor Who s’amuse à faire des clichés, il les détourne de façon à rendre cela amusant. Mais ici, rien de tout cela, on est dans du grossier : le symbolisme, c’est facile ! Quand il fait jour, ben, c’est joyeux (voir les scènes avec Sam Swift ou les aventures de Me en tant que sorcière) et puis, quand c’est triste, ben, on est dans la pénombre (les scènes de discussion de Me avec le Docteur sur ses enfants morts ou la discussion finale dans le bar mal éclairé).

Tant que l’on y est, le méchant de la semaine est un lion (ouh, le méchant !) dont le costume est assez mal fait pour que Capaldi le traite de Lenny the Lion, qui était une célèbre marionnette de lion de la BBC dans les années 50. Sa façon de faire croire à Me qu’il veut l’aider alors que la traîtrise se sent à plein nez m’a provoqué plusieurs bosses sur la tête après sa rencontre avec mur.

On peut aussi noter que le Docteur qualifiant Me de Zorro montre la faiblesse scénaristique de l’épisode, les scénaristes n’ayant eu vraiment aucune envie de faire quelque chose.

Enfin, la rencontre de la seule immortelle avec l’extraterrestre qui s’écrase pas loin de chez elle, j’adore la commodité scénaristique…

Les personnages :

  • 9476978-low-1[1]Le Docteur : Ce dernier voyage seul dans cet épisode, pas de Clara pour lui voler la vedette. Et pourtant, non, rien de rien, Capaldi ne semblait absolument avoir rien à faire de cet épisode. Il fait son travail, c’est-à-dire très bien mais sans chercher à faire plus (je me suis endormi face à son discours final à Me, c’est dire.)  Mais il faut dire que pour faire plus, il faut quelque chose au départ. Sa non réaction aux blagues de Sam parle pour lui, je trouve (en plus du mauvais goût de ces dernières).
  • Me : Ah, la venue de Maisie Williams avait fait couler de l’encre. Absence de compagnon dans cet épisode, peu de personnages secondaires de façon à ne pas lui voler la vedette. Pourtant, que retenir de son job ? Elle joue bien pour ses 18 ans, ensuite, son personnage a trop évolué depuis l’épisode précédent pour que l’on s’attache à elle. Et enfin, quand on se dit qu’elle pourrait presque devenir une méchante convenable, on lui fait retourner sa veste et on la fait marcher dans le droit chemin. Je ne sais pas, je ne sais plus quoi dire sur elle. Ah, si son changement de nom ridicule (je conserve le nouveau, c’est plus facile à écrire pour moi…).
  • Sam Swift : Vouloir refaire un Robin des Bois aurait été intelligent si on avait donné à l’acteur un temps d’écran suffisant, si on avait choisi un acteur avec suffisamment de charisme et si on avait voulu en faire quelque chose.
  • Leandro : Il fallait un vrai méchant dans cette histoire, du coup, on ne l’a pas. Enfin, si mais non, son personnage n’est pas utile et existe juste pour provoquer le twist prévisible. Aucune personnalité et une fin navrante, voilà ! Next !

Le scénario :

doctor_who_woman_who_lived_2[1]Ah, parler de la peine d’immortalité était une excellente idée. Si elle avait été traitée de façon décente : on ne voit que quelques côtés très mal traités que même des fanfictions sur des poneys arriveraient à mieux aborder. Même la saison 2 de la série animée Wakfu traite mieux ce sujet, malgré un côté caricatural. A la rigueur, faire un épisode d’échange sur les souffrances qu’a connues Me durant sa vie et se centrer là-dessus aurait été décent.

Mais il faut ajouter de l’action avec cette amulette qui marche à la mort ; sujet récurrent ces derniers temps avec la Nécrosphère ou le Fisher King, que je n’approuve pas car c’est un sujet assez difficile à traiter et dont la pseudo-science ne veut absolument rien dire. La mort est une fin d’énergie plus qu’autre chose, cela ne crée pas d’énergie dans mon esprit. Cela me dérangerait presque moins d’entendre dire que c’est de la magie, cela passerait mieux.

Cela ouvre d’ailleurs un passage vers une autre dimension ou une autre galaxie car les explications ne semblent pas être très cohérentes. On a d’ailleurs ensuite une attaque d’une autre planète qui est très localisée (une place d’un village me semble-t-il…). Bref, la menace ne semble pas présenter un danger à la hauteur des attentes.

Détail, depuis quand la foule décide de pendre quelqu’un au hasard, surtout quelqu’un qui possède une grâce et qui semble donc être importante, et que le bourreau accepte ?

De plus, si l’épisode précédent était un épisode comique avec des instants touchants, ici, on a un épisode sombre avec des pointes d’humour lourdes, voire très lourdes, à la hauteur des comédies françaises des années 70, c’est dire le niveau. Les blagues de Sam tombent à l’eau, le passé de Me n’est pas spécialement drôle, la scène avec la diligence est longue pour peu d’humour. Par contre, ce qui n’est pas une blague est le retour des lunettes soniques.

Au niveau du Docteur, on ne comprend toujours les motivations qui lui ont faire rendre Me immortelle, si c’était pour ensuite la laisser tout en la surveillant (d’ailleurs, tomber sur elle en enquêtant sur autre chose, quelle hasard monstrueux, n’est-ce pas ?). Il ne veut pas d’elle dans le TARDIS, il ne veut pas l’emmener à un autre temps, il ne veut pas essayer de l’aider à en finir. Et en plus, avec la mémoire limitée de Me, les rechutes de craquage sont très fortes, c’est suicidaire de la laisser seule. Donc le Docteur fait n’importe quoi alors qu’il devrait être sérieux dans ce moment.

Bref, en conclusion, je n’ai pas aimé l’épisode, l’épisode précédent n’était pas trop mauvais mais voir qu’il a engendré cela affaiblit mon estime pour lui. A voir si on reverra Me dans les épisodes suivants mais faire cela juste pour introduire un personnage semi-récurrent me semblerait être un moyen de créer des épisodes sans raison d’existence. Enfin, je n’ai pas passé un mauvais moment devant, juste perdu du temps en fait.

Je lui accorde deux étoiles sur cinq et sans grande conviction.

2sur5-1024x165[1]

 Note : 2/5

Bientôt, la critique de l’épisode suivant. Ou peut-être du double épisode suivant d’un seul bloc. Voire même une critique Zygon en hommage à Osgood pour refléter deux opinions ! Mais avant cela, il faut que je retrouve laquelle des deux je suis. Enfin, plutôt lequel. Bref, à bientôt sur vos écrans !

*La note finale de l’épisode est purement subjective et ne doit donc pas être prise comme une affirmation, mais plus comme une appréciation générale par l’auteur de la critique.

%d blogueurs aiment cette page :