• Les romans Doctor Who

Fin 2011, nous avions appris la futur publication de romans Doctor Who par les éditions Milady/Bragelonne. Très vite, nous les avons contactés, et c’est l’année suivante que nous avons rencontré à paris, dans les locaux de l’entreprise, Stéphane Marsan, alors directeur éditorial. En résultat de cette rencontre, ce dossier ainsi qu’une interview audio. Mais depuis 2012, les choses ont beaucoup évolué. c’est pour cette raison que nous avons décidé de remanier la première partie de ce dossier, afin d’étudier l’évolution de la gamme des romans Doctor Who au sein de la maison d’édition.

D’après Stéphane Marsan, Milady/Bragelonne a toujours eut l’envie de publier en français les aventures du Docteur. Cependant, la série restant encore assez confidentielle en France, il faudra attendre la diffusion de la saison 5 sur France 4 pour que l’idée soit de nouveau envisagée. En effet, pour l’arrivée de Matt Smith, France Télévision , avec la diffusion d’une soirée spéciale « La Nuit Doctor Who » ainsi que des affiches dans les rues parisiennes et de quelques autres grandes villes. Milady en profita donc pour s’accorder avec France 4 afin de sortir une première série de 12 romans. Dont 10 aventures avec le 11éme Docteur et 2 avec le 9ème Docteur.

Afin de promouvoir au mieux la sortie de ces romans. Milady avait mis les petits plats dans les grands. Les journalistes et certains libraires reçoivent comme dossier de presse, un TARDIS en carton, contenant un guide sur la série, une frise des parutions prévue pour 2012, ainsi qu’un DVD contenant quelques épisodes de la saison 5. Une projection fut également organisé au Max Linder, un cinéma parisien non loin du Grand REX. Rien ne manquait pour faire connaître la série.

Dés janvier 2012, la publication commence avec trois titres Apollo 23, La nuit des humains et l’Armée oubliée. Afin de favorisé la vente, Apollo 23 est vendu au tarif de 5,03€, les autre sont vendu à 7€. Les romans sont édités au format poche à couverture souple, similaire à l’édition anglaise, elle aussi édité en couverture souple. Dés février, la publication continu au rythme d’un nouveau titre par mois. Mais juste avant l’été, la publication est stoppé. Milady input cette décision aux faibles ventes des titres déjà paru. La publication reprendra après le mois août. Deux titres annoncé ne seront finalement pas publié et la licence presque abandonné.

Un an plus tard, Milady annonce la publication du roman SHADA, l’aventure perdue en grand format. Ce romans est une novélisation de l’histoire non diffusé SHADA écrit à l’origine par Douglas Adams. Cette sortie redonne un espoir aux fans français. Un second roman publié en février 2014, cette fois il s’agit de La Moisson du Temps, une aventure inédite du 2éme Docteur écrit par Alaister Reynolds. Depuis, Milady a cessé la publication de nouveau titre. Les romans sont cependant toujours disponible en rayon en fonction des stock.

Janvier 2012
Apollo 23 11e Docteur Paru
La nuit des humains 11e Docteur Paru
L’armée oubliée 11e Docteur Paru
Fériver 2012
Horloge nucléaire 11e Docteur Paru
Mars 2012
La chasse au mirage 11e Docteur Paru
Avril 2012
Le dragon du Roi 11e Docteur Paru
Mai 2012
A travers bois 11e Docteur Paru
Juin 2012
La lune du chasseur 11e Docteur Paru
Juillet 2012
Les morts de l’hiver 11e Docteur Paru
Août 2012
Temps d’emprunt 11e Docteur Paru
Septembre 2012
Le paradoxe perdu 11e Docteur Paru
Rien qu’humain 09e Docteur Annulé
Octobre 2012
Un ange passe 11e Docteur Annulé
Novembre 2012
Les voleurs de rêves 09e Docteur Paru 

• Compte rendu du 16 janvier 2012

Pour la sortie des romans, Milady ne fait pas les choses à moitié et organise, en partenariat avec France 4, une projection de trois épisodes de la nouvelle série. Cet évènement ayant pour but de faire connaître la série à la presse française et aussi aux libraires. Bien sur, des blogueurs et représentants de fan-site, comme Gallifrance, était également de la partie. A cela il faut aussi ajouter la vingtaine d’heureux gagnants d’un concours que Milady avait organisé quelques semaines auparavant.

Même si la séance n’était prévue qu’à 11h30, presque tout le monde était déjà présent devant le cinéma parisien Max Linder des 11h00. Et c’est fébrilement que nous attendions l’autorisation de rentrer dans la salle. Après quelques discutions à propos des épisodes qui seraient diffusés, nous sommes enfin entrés et nous avons pris place dans la salle.

Après un petit discours de Stéphane Marsan, le directeur des Publications chez Milady/Bragelonne, nous avons pu enfin profité des épisodes sur grand écran. Enfin presque, quelques petits soucis techniques ont fait que seuls deux épisodes sur trois ont été projetés. Nous avons donc pu voir le premier épisode de l’ère Matt Smith, à savoir « Le prisonnier Zéro », suivi par « Les anges pleureurs ».

Après ces deux épisodes, nous sommes sortis de là le cœur plein d’émotions. La première chose que l’on peut dire c’est que les épisodes, en particulier ceux de l’ère Steven Moffat, prennent un tout autre sens sur grand écran. Ça se ressent surtout dans la musique, bien mieux mise en valeur par les enceintes d’une salle de cinéma que par celle de nos télés. Quant au choix des épisodes, on peut le qualifier de presque parfait. Presque, car nous avons deux docteurs différents, ce qui est tout de même déstabilisant pour quelqu’un qui ne connaît par encore l’univers.

Gallifrance tiens à remercier les éditions Milady/Bragelonne pour nous avoir permis d’assister à cette projection. Et surtout pour avoir pris l’initiative d’éditer les romans de la nouvelle série. Gallifrance remercie également Kevin Collette, journaliste à l’Écran Fantastique, pour nous avoir signalé l’évènement.

© 2012 – Jonathan Le Targat

• Compte rendu du Salon du Livre 2012 de Paris

Après la projection d’épisodes de la série dans un cinéma parisien, Milady organise une petite exposition au Salon du livre 2012 de Paris. Et Gallifrance a eu la chance d’assister à l’avant-première, la vielle de l’ouverture du salon. Je me suis donc rendu vers 17h00, en compagnie d’un de mes amis, à porte de Versailles, au Hall N° 1. Ma surprise, à l’entrée, juste après avoir présenté l’invitation à une charmante hôtesse, c’est de voir les allées quasiment vides. Ceux qui sont habitués à aller au Salon de l’automobile savent à quel point le Hall N° 1 peut être bondé, en particulier le week-end. Malgré la présence d’une quantité phénoménale de journaliste et autres invités, ont pouvait librement marcher et clairement voir chaque stand. Nous avons d’abord fait le tour du salon, histoire de voir qui était présent, avant de nous rendre directement au stand Milady.

Milady propose deux expositions sur son stand, la première, Bit-Lit, consacrés à la littérature vampirique semblable à la saga Twilight. La seconde, juste derrière, contient la fameuse vitrine de l’exposition Doctor Who. Juste derrière encore se tient le stand Milady à proprement parler, où sont étalées les dernières parutions. Une autre vitrine, un peu cachée, contient quelques produits dérivés issus de l’univers de Mass Effect, dont Milady publie également les romans.

Je ne vous cache pas ma légère déception en voyant l’exposition, en tant que fan Hardcore, la vitrine ne se compose que de produits dérivés de la nouvelle série. Ce qui est quand même assez décevant, surtout quand on se met dans la peau d’un fan venu spécialement pour ça, et qui n’a pas la chance de pouvoir entrer gratuitement dans le salon. Néanmoins, on peut remercier l’initiative des Éditions Milady/Bragelonne pour avoir organisé ça. Cela reste tout de même une première, car jamais, par le passé, Doctor Who n’avait figuré au Salon du Livre, et n’avait même eu le droit à une exposition, aussi modeste soit-elle. En plus vous pouvez même repartir avec le 5e tome, La Chasse au Mirage, une semaine avant sa sortie.

Pour conclure, l’exposition Doctor Who organisée par Milady n’est certainement pas à la hauteur pour les fans Hardcore habitués au Doctor Who Experience et à ce genre de chose, mais elle existe bel et bien, et c’est ça le plus important. Si elle permet de faire connaître la série à de nouveau lecteur, c’est le principal.

© 2012 – Jonathan Le Targat