Mise à jour du site : Les guides des épisodes

gallifrance-televisions-guidesVoila une nouvelle qui, je pense, va en ravir plus d’un. Après deux mois d’absence, les guides des épisodes de la série, ainsi que des spin-off, sont enfin de retour. Mais pourquoi est ce que cela nous a pris tant de temps ?

Avant que le site ne rencontre une défaillance spatiale, les guides des épisodes n’avaient pas été régulièrement mis à jour. Des informations étaient manquantes ou incomplètes. Donc, au lieu de remettre cette vielle version, nous en avons profité pour revoir complètement tout, et même ajouter de nouvelles choses.

Tout d’abord, nous avons revue la présentation des fiches. Puis nous avons ajouté les images promotionnelles (concernant la nouvelle série) et nous prévoyons d’y ajouter une sélection de télésnaps pour les épisodes disparus de la série classique. Mais ce n’est pas tout puis que nous allons également ajouter les vidéos officielles de la BBC. Ce qui vous permettra de revoir les bandes annonces, ou même des extraits.

Dans l’immédiat, nous n’avons rendu disponibles que les fiches des épisodes de la saison 8 (Last Christmas inclus), ainsi que la toute première histoire de la série classique, An Unearthly Child. Nous sommes encore entrain de faire quelques réglages de mise en forme. Mais nous allons remettre en ligne les fiches progressivement. Ces mises à jours seront annoncées sur notre page Facebook et Twitter, et vous permettrons peut-être de découvrir ou redécouvrir des épisodes.

> Accéder aux guides des épisodes

Découverte d’une interview de William Hartnell

news-interview-william-hartnell-desert-island-disc

Voilà une news qui va en ravir plus d’un! Pourtant, ce n’est pas à propos de la découverte d’un épisode perdu, mais de celle d’une interview radio. Plus précisément, nous évoquerons la trouvaille d’une interview de William Hartnell, datant du 23 août 1965, soit juste un an avant son départ, une période où le vieil acteur était au sommet de sa gloire.

L’interview provient d’une émission, « Desert Island Discs », qui était diffusée sur BBC Home Service, maintenant BBC Radio 4. Le concept était simple: une célébrité était invitée à l’émission et devait faire une sélection de 8 morceaux de musique, d’un livre et d’un objet qu’elle aurait choisi comme équipement de « survie » sur une île déserte, puis expliquer les raisons de ses choix. L’émission a débuté en 1942, et était présentée à cette époque par Roy Plomley. Toujours d’actualité ,  Kirsty Young y est désormais la présentatrice.

Pour l’instant, aucune annonce officielle n’a été faite, bien que nous sachions de source sûre qu’au moins 16 minutes du programme ont été retrouvées, alors que celui-ci était considéré comme définitivement perdu. Une découverte qui arrive à un moment propice, puisque l’émission fête ses 73 ans. Petit détail amusant, l’interview a été un temps mise en ligne sur le iPlayer de BBC Radio 4, suite à une probable erreur de manipulation, pour être très vite retirée.  Pour patienter avant la diffusion de l’émission en question, voici la liste des objets que William Hartnell aurait emmené avec lui :

  • Paul Robeson – Trees
  • Alexander Borodin – Polovtsian Dances
  • Ludwig van Beethoven – Violin sonata no 9 in A major, Opus 47 – « Kreutzer »
  • Peggy Cochrane & Jack Payne and his Orchestra – El Alamein Concerto
  • Louis Armstrong – Lawd, You Made  the Night Too Long
  • Sergey Vasilievich Rachmaninov – Piano Concerto No 2 in C minor
  • Flanagan and Allen – Underneath the Arches
  • Charlie Chaplin – The Spring Song from A King in New York (castaway’s favourite)
  • Livre : English Social History par G. M. Trevelyan
  • Objet : Une cigarette

La biographie de Anthony Ainley pour mai 2015

news-books-fantomfilms-biographie-ainley

Parmi les acteurs les plus emblématiques de la série classique, figure Anthony Ainley. L’acteur qui a succédé à Roger Delgado, Petter Pratt et Geoffrey Beevers dans le rôle du Maître. Il a tenu se rôle pendant prêt de 9 histoires, ainsi que dans le jeu PC « Destiny of the Doctors ».

Les éditions Fantom Films s’apprêtent à publier la biographie de l’acteur. Revenant sur sa carrière, ainsi que sa vie privée. Le livre est écrit par Karen Louise Hollis, déjà auteur de plusieurs livres telle que : « The Other Side of the Table » et « Un-Conventional – 13 Years of Meeting the Stars of Doctor Who ».

Although known to an audience of millions the world over for his portrayal of The Doctor’s arch nemesis The Master in Doctor Who during the 1980’s, Anthony Ainley had a prolific career which encompassed starring roles in Spyders Web and It’s Dark Outside, as well as appearances in renowned dramas such as The Pallisers, Elizabeth R, Nicholas Nickleby, Upstairs, Downstairs, and cult films including Blood On Satan’s Claw and The Land That Time Forgot.

But the dramas in Anthony’s real life were far more fascinating than any of the many parts he played on screen. Born the illegitimate son of actor Henry Ainley, and taken into care at the Actors’ Orphanage at the age of four, the hidden story behind one of Doctor Who’s most enigmatic characters is brought to life by author Karen Louise Hollis.

Using exhaustive interviews with friends and colleagues from every aspect of Anthony’s life, including his best friend from school, fellow children from the Actors’ Orphanage, cricketing friends, colleagues, and those who remained close to him until his death in 2004, this book aims to uncover the real Anthony Ainley – The Man Behind The Master.

Fantom Films a déjà publié de nombreuses biographies d’acteurs de la série classique. La biographie sera disponible sur le site de l’éditeur dés mai, puis dans les librairies un peu plus tard dans l’année. Vous pouvez d’ors et déjà le pré-commander.

> Pré-commander la biographie sur Fantom Films

Geek Faeries on the Web

news-geek faeris on the webCe Week end a lieu la troisième édition de « Geek Faeries on the Web ». Celle-ci est une convention entièrement gratuite, car diffusée sur le net. C’est donc de chez vous que vous pourrez assister à de nombreuses conférences, retransmises sur pas moins de 15 flux audios. Qui n’a jamais rêvé d’assister à une conférence avec François Theurel (Le Fossoyeur de Film), en pyjama, tout en sirotant un bon thé? Ce sera cette fois tout à fait possible…

Marie Devigne (Doctor Who Classique) fera parti des précieux invités, et tiendra une conférence sur les épisodes perdus de la série classique. Elle a contribué à notre association à plusieurs reprises, notamment avec son dossier sur les Telesnaps, ainsi qu’avec le guide pour tricoter soi-même son écharpe du 4e Docteur.

Benjamin Darrasse (Anigetter) sera présent également, et nous parlera de la construction de son Dalek Caan. Je vous laisse découvrir le reste du programme en cliquant ici. Nous vous donnons donc rendez-vous dés 10h00, le dimanche 18 janvier .

Geek Faeries on the Web V3.0
16 au 18 janvier 2015

 > Site officiel de Geek Faeries on the Web
> John Cura et les Telesnaps

« La Quête de l’infini » à 1 heure du matin sur France 4 !

news-dw-infinitequest-f4Voila une news qui réjouira la plupart d’entre vous. Enfin du moins partiellement, vous allez comprendre. France 4 viens d’annoncer la rediffusion de « La Quête de l’infini », une aventure animée du 10ème Docteur et Martha, le 11 janvier prochain. Cette aventure avait d’abord été diffusée en Grande-Bretagne dans l’émission Totally Doctor Who en 2007. D’abord découpée en 13 épisodes de 3 minutes, puis en un épisode 45 minutes.

En France, l’épisode avait été diffusé lors de la nuit Doctor Who sur France 4. Malheureusement, l’épisode n’avait pas été doublé a l’époque, c’est donc une version sous-titrée en français qui nous avait été proposée. France 4 nous propose de revoir cette aventure, mais à 01h45 du matin. Et oui, il vous faudra vous coucher très tard, ou bien vous levez tôt pour le revoir à la télé. Cet horaire étant du au fait que l’épisode ne possède pas de doublage Français.

Doctor Who saison 9, top départ

doctorwho

Le tournage de la saison 9 de Doctor Who a commencé ce Lundi 05 Janvier et nous apprenons aujourd’hui le nom du premier invité à rejoindre l’équipe du Tardis, il s’agit de Paul Kaye.

Paul Kaye est un acteur britannique, à la télévision il fut tout d’abord remarqué dans une émission où il tenait le rôle d’un faux reporter appelé Dennis Pennis. Il a traumatisé des dizaines de stars dans les années 1990 avec ses interviews provocatrices et nonsensiques qui peuvent être comparées à la version anglaise de Raphaël Mezrahi. Puis, il apparait sur MTV dans le show F**k You où il incarne un dénommé Mike Strutter. Cette émission figure dans le livre des records, dans la catégorie « émission où le plus d’obscénités ont été prononcées”.

Au cinéma, il a un rôle remarqué dans le film Frankie Wilde, dans lequel il incarne un DJ extrêmement populaire qui tombe brusquement de très haut.

Il également joué dans quelques séries comme Perfect World, Skins et surtout le très populaire Games of Thrones, le personnage de Thoros de Myr.

Dans Doctor Who, Paul Kaye interprètera un personnage du nom de Prentis.

« La roue de Glace » en français chez Milady

news-books-milady-wheel-ice
2015 vient à peine de commencer, que Janvier verra déjà la sortie d’un nouveau roman Doctor Who en France. Ce mois-ci, les éditions Milady nous proposent La Roue de Glace, traduction française du roman The Wheel of Ice de Stephen Baxter. Il met en scène le 2e Docteur (Patrick Troughton), accompagné de Jamie McCrimmon (Fraser Hines) et Zoë Heriot (Wendy Padbury).

La Roue de Glace - Stephen BaxterLa Roue. Un anneau de glace et d’acier, tournant autour d’une des lunes de Saturne, et foyer d’une colonie minière abreuvant une terre assoiffée. C’est un mauvais endroit pour grandir.

La colonie souffre. Peut être est-ce simplement dû à des Gremlins, ou à la malchance. Mais les pannes d’équipement et le vol de ressources a augmenté, et des histoires circulent parmi les enfants comme quoi une mystérieuse créature aurait été vue à bord de la Roue. Bon nombre des jeunes travailleurs refusent de descendre dans les mines labyrinthique.  Un jour, Phee Law, une jeune de 16 ans surfant sur les anneaux de Saturne, récupère une étrange boite bleu de la destruction…

A bord de la Roue, le Docteur, Jamie et Zoe découvrent une situation critique – Et ils sont suspectés par certains d’être les auteurs du sabotage. Ils se retrouvent bientôt dans un mystère dont les origines remontent à la création du système solaire. Un mystère qui pourrait tous les tuer!

La sortie du roman est prévue pour le 23 janvier 2015, et sera disponible au prix de 21,90€. Courrez vite le commander dans votre librairie préférée!

> Commander sur Amazon.fr (21.90€)

Bonne année 2015

news-new-year-2015
Gallifrance ne dérogera pas à la tradition, et en ce jour de l’an, nous vous souhaitons une très, très bonne année 2015.

Et faites nous confiance, l’année 2015 sera encore plus « Whovian » que 2014!

Et pourquoi, nous direz-vous? Eh bien déjà parce que la Saison 8 sera enfin diffusée sur France 4 à partir de Février, et que la Saison 9 de Doctor Who, quant à elle, commencera à être filmée en Janvier 2015, pour une diffusion en Angleterre plus tard dans l’année 🙂

De plus, comble du comble, Gallifrance s’est offert un tout nouveau look, et la radio a non seulement un nouveau site (lui aussi, tout beau, tout chaud), mais aura également de nombreuses nouvelles émissions.

En espérant que cet aperçu vous aura mis l’eau à la bouche, encore une fois, au nom de toute l’équipe:

Bonne Année 2015!

 

Gallicast #126 – Death in Heaven

gallicast-episode126

Dans ce Gallicast, entièrement dédié à l’épisode final de la saison 8, vous trouverez plein d’humour, John McClane, des dessins humoristiques fait par Manon. Et pleins d’autres choses…


Gallicast #126 – Death in Heaven

Écouter [sc_embed_player fileurl= »http://gallicast.free.fr/mp3/episode126.mp3″]
Télécharger Gallicast#126
Durée 01:42:19

Pour télécharger l’épisode, faites un clic droit et cliquez sur « enregistrer la cible du lien » / « save link as« .

 

Space Oddities : Un Workprint, c’est quoi ?

news-article-workprintCe n’est un secret pour personne, les scénarios des 5 premiers épisodes de la saison 8 se sont retrouvés sur internet. Mais dernièrement, nous avons également appris que le premier épisode avait également fuité et s’était retrouvé sur quelques sites de torrent douteux. Mais ce qui a fuité ce n’est pas l’épisode tel qui sera diffusé le 23, mais une copie de travail (ou workprint pour les anglophones). Mais c’est quoi un workprint ?

Dis, comment ça marche ?

Avant de vous expliquer ce qu’est un workprint, il faut comprendre comment on produit un programme vidéo dans le monde de l’audiovisuel. Avant toute chose il faut un script, rédigé par un scénariste plus ou moins talentueux. Avant d’être accepté, le scénario est passé par de nombreuses versions. Une fois qu’il est accepté par la production, il part en production. Le tournage se déroule sur plusieurs semaines, où toutes les scènes ne pouvant être réalisées sur ordinateur sont tournées. Une fois le tournage bouclé, on passe le relais à l’équipe de post-production. En général une bande de geeks en t-shirt les yeux rivés sur des écrans d’ordinateurs. Et c’est là que tout va prendre forme.

La post-production suit un ordre bien précis afin de faciliter et fluidifier le travail. D’abord on réalise un premier montage avec tout ce qui a été tourné, ce qui concerne les plans en décors réels, ceux en studios et les maquettes également quand il y en a. Le but étant d’avoir un montage définitif avant de passer aux autres étapes.

Souvent le monteur utilise des musiques dites temporaires afin d’avoir une idée du rythme à donner à certaines séquences. À ce moment-là, la musique n’est pas encore prête, ni même écrite. Plusieurs montages différents peuvent être produits, le choix final étant laissé au réalisateur. Une fois le choix fait et le montage validé, on ne touche plus à rien et on passe aux effets spéciaux. Le monteur ayant pris soin de noter tous les plans nécessitant l’ajout d’effet divers. Cela peut aller de l’image de synthèse pour terminer un décor, ou bien effacer un micro dans le plan.

En parallèle, un technicien s’occupe du son, rajoutant tous les effets sonores, mixant les dialogues. Parfois des dialogues sont ré-enregistrés en studio par les acteurs eux-mêmes. Soit parce que la prise de son n’était pas possible lors du tournage, soit pour remplacer un dialogue. Une fois tout ceci terminé, le montage repasse dans les mains du monteur pour finaliser l’épisode et le rendre prêt pour la diffusion. Il arrive que parfois des modifications au montage soient faites pendant la post-production, le monteur doit alors le signaler au reste de son équipe pour effectuer les changements.

Dans le cas de Doctor Who, deux versions de chaque épisode sont produites : le montage UK (celui diffusé sur BBC One) et le montage international, comportant quelques petites différences, principalement pour réduire la durée. Pour vous donner un exemple, dans l’épisode « Last of the Timelords » de la saison 3, une séquence musicale a été coupée dans le montage international, sans doute pour une question de droits sur la musique des Scissor Sisters.

Et le workprint alors ?

Et bien le workprint est tout simplement un moyen de montrer l’évolution du travail au cours de la postproduction. Ces copies sont généralement destinées au réalisateur ou aux producteurs afin de voir l’avancement et aussi de voir si la direction prise convient bien. Ces copies ne sont donc pas destinées à survivre, d’ailleurs souvent la même VHS était réutilisée pour montrer plusieurs étapes. Et pourtant, de temps à autre, elles refont surface.

Je ne vais pas vous mentir, souvent c’est dû à un vol. Un technicien qui veut garder une trace de son travail, les raisons sont multiples. Mais est-ce mal ? Dans l’absolu oui, ça reste du vol de matériel d’entreprise. Mais d’un autre côté, heureusement qu’elles existent. Souvent ces bandes sont la seule source pour la découverte de scènes coupées ou alternatives. il est rare que les studios gardent tous les rushs produits pour un film.

Pour vous donner quelques exemples. Prenons le cas du film LEGEND de Ridley Scott. Le film existe en deux montages différents tous deux comportant des scènes alternatives. Mais aucun des deux ne reflète ce que Ridley Scott voulait. Aux États-Unis le montage final n’est pas décidé par le réalisateur, mais par le studio. Suite à son manque de succès, la quasi-totalité des rushs a été détruite. L’espoir d’avoir une version longue du film était très mince. Et pourtant, un jour une VHS comportant un montage plus long du film est réapparue. Certes il ne s’agit pas non plus du montage ultime, mais cette copie nous donne au moins un aperçu de ce que voulait Ridley Scott à l’origine. Cette copie figure désormais sur le Blu-Ray sorti dernièrement, accompagné des deux autres montages. C’est également arrivé pour le film Halloween 6, qui fut remonté suite au décès d’un des acteurs principaux.

Et Doctor Who dans tout ça ?

Pour Doctor Who, les workprints sont rares. En ce qui concerne la série classique, la manière dont elle était produite empêchait l’existence de copies de travail. On peut, en quelque sorte, considérer le pilote comme un workprint, bien qu’au final l’épisode a été entièrement retourné (d’où le nom de pilote et non de workprint). Des copies noir & blanc de journées de tournage existent cependant, et d’ailleurs figurent en bonus sur les DVD.

Il existe un workrpint du téléfilm de1996, avec Paul McGann, mais il ne comporte que très peu de différences avec le montage final. Le principal changement étant l’introduction du début du film. En lieu et place de la voix de Paul McGann figurait un monologue du maître interprété par Gordon Tipple. Il existe également un workprint de « Dimension in Time ». La seule différence étant vers la fin, lors de la confrontation avec la Rani. Lors de la diffusion, les téléspectateurs devaient voter entre deux personnages de East Enders. Le workprint contient celui qui n’a pas été choisi.

Pour la nouvelle série, à l’ère du numérique, les copies sur VHS n’existent plus et ont été remplacées par des fichiers vidéos envoyés via le net sur des serveurs sécurisés, enfin c’est ce que l’on espère. La récente affaire a prouvé que l’erreur humaine est toujours possible. Comme expliqué dans un précédent article, un workprint de l’épisode Rose avait fait surface 3 semaines avant la diffusion de l’épisode. La seule différence avec l’épisode diffusé se trouvait être le générique. La BBC ayant pendant un temps envisagé d’utiliser le thème d’origine de la série, réinterprété pour l’occasion par Mark Ayres. C’est finalement le thème composé par Murray Gold qui sera utilisé. Et jusqu’à aujourd’hui, il s’agissait du seul workprint ayant fuité.

La version de Deep Breath actuellement disponible sur le web est destinée au doublage. Il y a de grandes chances pour que l’épisode soit déjà finalisé au moment ou j’écris cet article. Mais justement, pour éviter que l’épisode final ne fuite sur le net, toutes les copies destinées au doublage ou bien aux journalistes pour qu’ils puissent publier leurs articles en temps et en heure, sont des versions incomplètes et techniquement non-regardables. Dans le cas présent, l’image a été recadrée afin que les techniciens puissent intégrer la bande contenant les dialogues traduits pour les doubleurs. Et tout ce qui n’est pas nécessaire au doublage, comme le générique ou les effets spéciaux, sont remplacés par des versions temporaires. Le mixage sonore aussi est spécialement fait pour le doublage, pour mettre les voix en avant.

Si vous l’avez vu, considérez-vous comme chanceux, car vous avez vu ce qui est d’ordinaire réservé aux techniciens et aux doubleurs. Cependant ce n’est certainement pas la meilleure façon de profiter de l’épisode. Sauf si vous êtes persuadé que le nouvel arc de cette saison c’est l’attaque des copyrights de la BBC.